AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 chronique d'Aston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aston
Comité d'Accueil
avatar

Nombre de messages : 883
Matricule : L'homme est un loup pour l'homme et la DL est un loup pour l'ange
Devise de loup : Ange
Date d'inscription : 17/09/2004

MessageSujet: chronique d'Aston   Mer 20 Oct - 23:13

Deux frères

Le jour se lève à peine qu’il est salué par deux cris puissants venant d’une cabane en bois plantée au milieu d’une plaine. Un père tout heureux prend dans ses bras ses fils nouveaux nés et sourit tendrement à sa femme.
« Deux garçon en un seul coup, je suis comblé. Repose toi maintenant. » Il déposa ses deux fils cote à cote dans un berceau et entreprit de fêter ces heureuses naissances comme il se doit.
C’est ainsi que par un beau jour de printemps, Dega et Aston vinrent au monde.

Ils grandirent tous deux ensemble, inséparables, indissociables dans la vaste plaine qui leur servait de terrain de jeu, là où leur père, éleveur de chevaux, gardait son troupeau. Leur enfance fut idyllique. Jusqu’à 12 ans, ils étaient toujours ensemble, mais ce cap passé, ils commencèrent à se différencier, à s’affirmer chacun de leur côté, tout en restant énormément complices. Dega s’orienta dans la surveillance des chevaux, leur parlant, vivant à leur côté et au contact de la nature, son esprit indépendant, rêveur et croyant correspondait tout à fait à son travail. Aston, quand à lui préféra s’orienter dans l’administration de l’entreprise familiale, les paperasses ne lui faisaient pas peur, et son esprit plus terre-à-terre que celui de son frère s’accommodait mieux de ce genre de travail. Ils avaient une vie heureuse.

Leur père décéda de maladie alors qu’ils n’avaient que 15 ans et leur mère se consacra entièrement à leur sœur de 8 ans plus jeune. Ils continuèrent l’entreprise de leur père, s’organisant pour la faire vivre et permettre ainsi à leur famille de continuer son existence.

Pour leurs 20 ans, leur mère a organisé une grande fête réunissant tous leurs amis. La fête est une réussite et tout le monde est heureux.
Soudain, des cris et des bousculades se font entendre au loin. Dega et Aston lèvent la tête d’un même mouvement et leurs regards se croisent. Ils se lèvent brusquement et s’élancent vers l’enclos des chevaux, sentant bien que quelque chose d’anormal s’est passé. Ils arrivent rapidement en vue du paddock et d’un coup d’œil saisissent la situation. L’enclos vide, de la poussière sur la route : les chevaux sont dehors. Dega s’élance sur la route après les chevaux alors qu’Aston s’approche de l’enclos pour comprendre ce qui s’est passé.
Dega siffle la jument de tête, l’appelle tout en continuant à courir. Après plusieurs minutes, le troupeau devant lui à l’air de ralentir, il continu ses appels et bientôt, la jument de tête s’arrête et tout le troupeau l’imite. Dega s’approche pour la féliciter et sort une ficelle de sa poche pour lui faire un licol rapide et la ramener au pré. Surgit deux types qui le frappent dans le dos, lui coupant la respiration. Il se retrouve à genoux, luttant pour respirer alors que l’un de ses agresseur lui donne un grand coup de pied sur le côté. Il sent ses côtes craquer et se retrouve affalé sur le côté, le nez dans la poussière. Les coups pleuvent sur lui et il essaye de ramper hors de leur portée. L’un d’eux le saisit par le devant de sa chemise et le soulève avec facilité au niveau de son visage. Dega a la vue brouillée par les larmes de douleur et ils ne peut distinguer le visage de ses agresseurs. Il ressent simplement une grande brûlure au niveau de sa cage thoracique, là ou les mains de son tortionnaire le tiennent. Celui-ci lui décroche un violent coup de poing sur la tempe et Dega se trouve projeté à plusieurs mètres de lui, complètement groggy. Il atterrit brutalement sur le sol et sa tête entre en contact avec une pierre acérée du chemin. Sa dernière pensée est pour son frère avant de sombrer éternellement dans les ténèbres.
Pendant ce temps là, Aston s‘approche de l’enclos. Sur place, il ne peut que se rendre à l’évidence, c’est un acte délibéré, le loquet est ouvert, et les chevaux n’en sont pas capables. Comme il ne voit pas revenir son frère, il s’élance à son tour sur le chemin, après avoir fait un saut rapide dans les cuisine et s’être emparé d’un long couteau sous les yeux effrayés de ses amis et invités. Il voit une forme allongée sur le sol et ne peut retenir un cri de douleur au fur et à mesure qu’il avance, ayant identifié son frère. Il s’agenouille finalement à coté de son jumeau et d’un bras tremblant pose deux doigts sur sa carotide. Rien, aucune pulsation. Son frère, son jumeau, son complément n’est plus de ce monde. Il entre alors dans une colère noire qu’il n’a jamais ressenti et s’élance à la poursuite des hommes responsables de ça, car il ne fait aucun doute pour lui que c’est des hommes qui lui ont pris son frère. Il pousse des hurlement de rage tout en suivant la piste des chevaux. Les formes humaines responsables de la mort de Dega ont tôt fait de revenir sur leurs pas et de l’entourer. Aston, aveuglé par sa fureur ne prête guère attention à leurs visages, pourtant, s’il l’avait fait, il aurait vu que les yeux rouges de ses cinq ennemis flamboyaient de cruauté. Aston se jette sur l’un d’eux, le couteau en avant et une lutte sauvage s’engage. Mais seul contre cinq êtres maléfiques, il ne peut rien et il ne réussit qu’à blesser deux d’entre eux avant de se faire occire par son propre couteau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aston
Comité d'Accueil
avatar

Nombre de messages : 883
Matricule : L'homme est un loup pour l'homme et la DL est un loup pour l'ange
Devise de loup : Ange
Date d'inscription : 17/09/2004

MessageSujet: Re: chronique d'Aston   Lun 1 Nov - 14:50

Douleurs

Aston se réveille en sursaut. Il se lève brutalement et regarde autour de lui.
Qui sont ces gens ? Pourquoi ont-ils cette aura autour d’eux ? Que lui ont-ils fait ? Où est son frère ? Pourquoi se frappent-ils entre eux ? Pourquoi cette violence ? Pourquoi, pourquoi ? Ils n’avaient jamais fait de mal à personne, pourquoi cette haine ? Pourquoi, pourquoi ?
Une silhouette juste à côté de lui se fait frapper. Aston regarde l’agresseur et sent sa colère monter. Il se jette sur le premier individu à côté de lui et le frappe à coups redoublés, laissant sa colère sortir, sa peine et son chagrin s’écouler. Les coups qu’il assènent lui servent d’exutoire. Une fois sa fureur calmé, il se sent envahi d’une grande peine.
Son frère, son jumeau ne sera plus jamais avec lui. Il ressent un grand manque. Pourquoi le monde est si injuste, pourquoi ? Il se repli sur lui même, s’assoit dans l’herbe et repli ses jambes contre son torse. Il pose la tête sur ses genoux et ferme les yeux. Le monde autour de lui ne l’intéresse plus.
Il replonge dans ses souvenirs, les heureux comme les malheureux, se remémore toutes les fois où il a ri avec son frère, les fois où ils se consolaient mutuellement, les disputes et les réconciliations, leur père qui les réprimandait pour leurs bêtises, leurs soirées avec leurs amis autour du feu à raconter des histoires, le sourire de son frère quand il avait aidé sa première jument à mettre bas, leurs premiers galops dans la plaine. Toutes les images étaient bonnes pour faire disparaître la dernière image morbide de son frère, le crâne en sang, étendu sur le chemin.
Aston resserre ses bras autour de ses jambes, inconscient des coups qui pleuvent sur lui, et pense à sa mère, sa sœur, leurs amis qui doivent s’inquiéter de ne pas les voir revenir, les chevaux qui doivent être en pagaille dans la plaine.
Les coups qu’il encaisse ne lui permirent pas de sentir que dans son dos, de grandes ailes blanches immaculées se mettaient en place, symbole de sa pureté d’âme et de son état d’ange. Il s’était retranché dans son esprit, abandonnant ses sensations corporelles. Il ne se rendit pas non plus compte de la mort de son corps qui se mit en attente d’incarnation, attendant que l’esprit se reconnecte au corps. Il resta plusieurs jours ainsi, plongé dans ses souvenirs.


Dernière édition par le Jeu 2 Déc - 17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aston
Comité d'Accueil
avatar

Nombre de messages : 883
Matricule : L'homme est un loup pour l'homme et la DL est un loup pour l'ange
Devise de loup : Ange
Date d'inscription : 17/09/2004

MessageSujet: Re: chronique d'Aston   Lun 1 Nov - 15:31

Retrouvailles

Aston se sent touché par une joie immense. Il regarde autour de lui, surpris de se retrouver dans ce lieu sombre, et voit une lumière foncer sur lui.
« - Aston, content de te voir
- Dega, c’est toi, c’est fantastique !
- Alors, tu vois, Dieu est grand, nous sommes anges.
- Nous sommes quoi ?
- Anges, on est devenu des anges, c’est génial !
- Ah, tu crois ?
- Oui !
- Ah bon, ben, en tout cas, je suis super content de te parler, je revis. Tu me manquais atrocement.
- Oui, toi aussi.
- On ne se quitte plus, hein, promis ?
- Ben en tout cas, on reste en contact. Je ne sais pas si on pourra se voir, mais je te garde toujours dans mon cœur.
- Une partie de toi m’accompagneras toujours.
- Et notre famille, sais-tu ce qu’ils sont devenus ?
- Non.
- Concentrons-nous sur eux.
- Oui »
Aston se concentre sur des images de sa sœur et sent Dega faire de même. Ils virent leur enterrement et les pleurs de leur mère et de leur sœur. Ils virent leur sœur grandir, se marier, avoir deux enfants et mourir, puis ses enfants grandir et se marier à leur tour, l’un d’eux avoir un fils qui lui même se marierait et aurait deux filles, l’une mourrant de maladie et l’autre se mariant son tour, etc. Ils se retirèrent rassurés. Apparemment, leur famille continuerait à exister et aurait une vie heureuse. Ils pouvaient ainsi vivre leur vie angélique rassurés. Après quelques dernière paroles, ils réintégrèrent chacun leur corps et se rematérialisèrent au Paradis en des endroits différents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: chronique d'Aston   

Revenir en haut Aller en bas
 
chronique d'Aston
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» [Alexandre Ruiz] "La chronique d'Alexandre Ruiz"
» Chronique de voyage d'un albinos.
» La chronique effrayante de Lucy ~
» Chronique Vampire Masquerade : "City of Black Miracles" (2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Légion :: Grottes de la Meute :: Bibliotheque-
Sauter vers: