AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aniol, Tac et les fous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aniol l'Ancien
Chef de meute
avatar

Masculin Nombre de messages : 2273
Age : 34
Date d'inscription : 29/07/2004


XP:
2160/5000  (2160/5000)
Permis de bêtise:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Aniol, Tac et les fous   Jeu 17 Fév - 0:11

8h GMT...
Palais du Gouverneur, Eden.


Il était enfin arrivé, la route avait été longue depuis la salle de concert. Très longue et parsemée d'embûches surtout pour lui.

Lui ? Tac, un des 2 écureuils qu'Aniol avait toujours près de lui.

Sa mission ? Apporter une missive de la plus haute importance a son maître.

Son but ? Une coupole de noisette.

Grimpant les centaines de marches de marbre blanc une a une, Tac faisait face courageusement à cette pénible épreuve, lui qui voyait a peine le dessus de la marche suivante il ne se décourageait pas et poursuivait l'escalade.

Cette abstinence ? La marque de fabrique de l'élevage personnel d'Aniol.

Arrivé dans le grand hall étincelant, Tac cherche sa direction. Il lève les yeux et regarde partout s'il n'y a pas un petit panneau mais... la rénovation du palais vient juste de se terminer donc tout est neuf, propre et désespérément glissant pour ses petites pattes. Heureusement en tout que bon petit écureuil d'élite il a bien apprit ses cours de survie et sait se servir de son précieux micro sac a dos. Ne dit-on pas que la Carte Noisette est la meilleur amie de l'écureuil ?


8h06 GMT...
Bureau 111.


tik tikàtik tik tiiiiiiiiiiiik ... tik tik tik firent les pattes de l'écureuil gambadant a travers les couloirs.
Critch, critch, critch firent les griffes de Tac sur la porte du bureau.


12h GMT...
Toujours devant le bureau 111.


[/i]4 heures passèrent avant que Tac ne finisse de creuser la porte en bois d'HightWood. 4 heures durant lesquelles il s'épuisa au point d'en finir par ramper pour arriver devant le vieux bureau de bois précieux. Au bout du rouleau, il poussa un désespéré Gniiiiiiiiiii de détresse a l'intention de son maître.[/i]

- Gisièle, j'ai cru entendre un "gniiiii" pouvez-vous envoyer un ange de 1ere classe pour regarder ce que c'est ?
- Immédiatement Archange


Le jeune ange qui venait pour se débarrasser du problème arriva aussitôt au bureau 111. En entrant tout ce qu'il fit c'était... rien. Faut comprendre qu'il était midi, le soleil était donc a son zénith et avec la grande baie vitrée, le soleil ne pouvait qu'être aveuglant surtout quand on est au dessus des nuages, au Paradis.
Devant ce soleil, une grande ombre a première vue très absorbée dans son travail se détachait. La pièce était grande mais simple, blanche a en être aveuglante et mis a part le mobilier classique, seul un parc à Ecureuils semblait en dehors de toute compréhension.

L'ange s'approcha respectueusement ne sachant que faire de sa petite auréole.


- Approches donc jeune ange, tu ne dois pas avoir peur. Le ménage vient juste d'être fait alors si tu te pisses dessus ça va pas le faire.

Voila c'est bien. Uriel c'est ca ? Matricule 24752, t'es tout jeune toi... pas de problème particulier a me signaler ? Approches toi encore un peu, avance jusque dans l'ombre de mon auréole veux tu.
Si je t'ai convoqué c'est pour te confier une mission de la plus extrême importance. En effet à 12 GMT, j'ai entendu un "gniiiiiii" strident dans ce bureau même et il revient a toi de ramasser mon écureuil, j'ai pas envie de me lever...


Au mot écureuil, Tac resurgit des ténèbres du coma. L'ange ne sachant comment tenir un écureuil, l'attrapa par la peau du coup.

- Gniiiiiiiiiiii !! Gnii gnirk krrr krrr gniiiii !
- Oui bon calmes toi tac, je sais qu'il est en train de t'étrangler mais c'est pas une raison de paniquer...
- Gniiiiiiii ???
- Ok ok... Pose donc cet écureuil jeune ange. Tu peux disposer et en partant tu pensera à fermer la bouche on croirait que tu viens de voir un fou.



L'Archange se dirigea vers une armoire pour en sortir un bol et quelques noisettes. Juste de quoi faire parler son ami. Pour le faire parler encore plus, il sortit une cage contenant un vieux chat possédé par un démon malchanceux qui avait été saisie au poste-frontiere Valoras il y a quelques jours. Cage qu'il déposa par terre tant le matou remuait dans tous les sens excité par la vue du petit écureuil.

- Parle Tac, je t'écoute.
- Gni, gniii tski, gniiiirk ?
- Oui Tic va bien et ton testament est en ordre, pourquoi cette question ?
- Gni gni... gni gni...
- Donc ? Des nouvelles du front ? D'un Seigneur Démon ? D'un enlèvement d'écureuil ? Dépêche toi, j'ai pas que ça a faire. Et arrête de loucher sur les noisettes !
- Gni... Gniiii gnit gniii skiiii gniii tiiii !
- Queeeeeeeeeua !! Ca pue le cramé dans la salle de concert et t'as le poil tout empestant de suie humaine ?


La main archangélique se rapprocha du bol, se saisit d'une noisette et commença à la dépouiller pour son informateur qui faisait des yeux exorbitant plus le dépouillement avançait. L'écureuil n'en pouvait plus il allait parler ! Foi d'Aniol !

- Gnii gniiiii gniiii gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii siiiviiiiiii tiiiiiiiiiiiiiiiiigniiiiiikiiiiiii
- Merde... Gisièle convoquez le Conseil des Archange, j'ai a leur parler.


Aniol se leva, n'en croyant ses oreilles. Une telle chose ne pouvait être possible dans notre nation, de telles idées ne pouvaient germer dans des esprits angéliques.
Comment des anges, aussi pervers soient-ils pouvait brûler des humains uniquement pour avoir de l'éclairage...
Il allait falloir se rendre dans la Salle du Conseil au plus vite et préparer la contre-attaque des départements Humanité, Tolérance et Justice de l'Administration Angélique. La lumière faiblissait de plus en plus au fil du chemin qu'Aniol parcourait vers la porte, la grande baie vitrée du fameux bureau 111 ne montrait plus que fracas, sombres nuages, éclairs, colère. En tout sens les anges se hâtaient d'arriver a destination, certains sonnés par la foudre tombait comme des mouches a travers l'épaisse couverture nuageuse, d'autres encore jeune ne supportaient pas le poids de leurs ailes alourdies par la pluie.

A travers tous le Paradis, les anges entendirent le cris de colère de l'Archange suivit d'un hurlement.


Réééééééquieeeeeeeeeem !!!!

_________________
Ex Archange Supreme,
Ex Archange de la Justice,
Ex Archange du Devoir.
Mais toujours la !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aniol l'Ancien
Chef de meute
avatar

Masculin Nombre de messages : 2273
Age : 34
Date d'inscription : 29/07/2004


XP:
2160/5000  (2160/5000)
Permis de bêtise:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Aniol, Tac et les fous   Jeu 17 Fév - 0:12

...



Le vent tranchant sabrait l'averse de pluie et de neige pourrie à l'horizontale. Il dévalait a grand galop les pentes raides des montagnes glacées que bouffaient la nuit et les hordes de nuages, s'engouffrait en hurlant dans la vallée abrupt qui séparait la côte de Niluhm de ses montagnes, troussait la mer démontée et levait des paquets d'embruns qui s'ajoutaient aux rafales de grésil.
Sous la tempête, la terre comme la mer s’époumonait en long hurlement de martyrs, dans une agonie hors du temps qui probablement n'avait jamais commencé et jamais ne finirait. Le vacarme ne portait pas de nom. Ce n'était le bruit de personne et ceux qui l'écoutaient devenaient sourds.

A peine dehors, planté dans la tourmente, Aniol dut résister, arc bouté contre le vent, dans la boue dure et les flaques de neige. Et résister aussi à l'envie de ne pas étriper ceux qui allaient se présenter a lui.

Il faisait nuit et c'était probablement le jour, un jour d'hiver sur la terre de Et, c'est a dire 2 ou 3 heures d'un soleil malingre, a condition que les nuages veuillent bien le laisser transparaître. Dans cette noirceur glauque, à travers les rideaux de pluie couchés à plat et se succédant sans interruption, le spectacle était hallucinant. Une large plaine, tranché a l'est par la montagne qui se précipitait dans la rivière, limité dans les autres directions par l'écran mouvant de la brume et du blizzard. Disséminés sur cet espace, des dizaines de feux allumés dans de vielles carcasses aux armes rouillés, pourris, crachaient leurs flammes rouges et de longues écharpes d'étincelles, c'était les anges ayant suivit Aniol dans ce bout du monde, l'Armée Angélique, les Templiers de l'Inquisition, la Section XII, la Garde Prétorienne et tant d'autres inconnus... Les braseros étaient calés au sol par des amoncellements de pierres et autours des feux, partout des anges par dizaines. Les fous. Les folles. Des anges, des angelles, des séraphins, jeune ou vieux. Debout sous la tornade, certains vêtus chaudement, mais détrempés depuis belle lurette, d'autres moins sensible au froid mais tous avec cette lueur d'espoir dans les yeux. Des visages burinés pour la plupart, mais aussi des anges a peine sortie de l'académie accrochés là depuis des jours et des jours cherchant toujours a aller plus loin, encore plus loin. Ils venaient de partout, de tous les territoires encore libres de Fangard, ainsi que de Cor et Valone. Ils ne se demandaient pas comment ils pourraient repartir. Ils étaient là, ils priaient, ils attendaient et comptaient bien ne pas en être chassés.

Les cris aigus cisaillèrent le grondement de la tempête et traversèrent le crâne d'Aniol : des pointes de feu liquide. Il n'aurait pi dire si ces hurlements chargés d'ultrasons traduisaient la joie ou au contraire quelque terreur désespérée. Les cris provenaient d'un grouillement compact d'ange, autours duquel s'agglomérait la foule, à la lueur battante d'un feu, Aniol repéra le petit groupe formé par Requiem et les quelques anges qu'il avait attirés jusque la. Ils se tenaient prudemment devant un cadavre frais de démon qu'Ashura commençait a disséquer.


- Requiem, Ash, je vous retrouve bien la... Vous ne perdez jamais une occasion d'en faire trop. Vous le regretterez un jour si vous n'apprenez pas a faire preuve de... mansuétude. Suivez moi maintenant, nous avons assez perdu de temps comme ça. Le Conseil nous attend.

Ensemble ils arrivèrent le long d'une corniche, laissant le vide abyssal des océans déchaînés engloutir le monde. Le Conseil des Archanges avait été déplacé à la demande d'Aniol qui tenait particulièrement à ce que cela se fasse en ce lieu désolé et froid pour mettre la Section XII comme face a elle même.
Les 4 Archanges majeurs attendaient en silence tous dos face a l'océan et sa fureur alors que rien ne pouvaient servir d'abris aussi précaire soit-il, depuis longtemps le rugissement de l'Archange de la Justice résonnait en Eden depuis ce malencontreux concert et le temps était venu de régler ce problème a sa manière. La manière forte et expéditive requise dans des cas comme ceux la.


- Anges, mes confrères archanges garderont le silence, moi seul ai à vous parler. Ce que mes services ont à vous reprocher est simple. Souvenez vous de votre concert, de la décoration décadente, de la torture omniprésente et de la haine insidieusement déversée dans vos propos. Maintenant REVIVEZ !

En cet instant, tous les anges présent dont ceux de la Section XII tombèrent à genoux hurlant de toute leur âme, se tenant la tête pour se retenir de ne pas la fracasser a même le sol gelé. Le temps était venu de montrer aux anges de quoi leur Archange suprême était capable, bientôt tous les anges sauront qu'ils peuvent être remit en face de leurs pires souvenirs éternellement de par la volonté seul de cet archange. Des lors plus rien ne fut comme il était 1 seconde avant, le paysage, les gens présent, l'atmosphère. Tout était différent. Ils revivaient leur concert, qui avait eu lieu il y a peu de temps, au court duquel ils avaient assassinés des humains en les faisant brûler comme de vulgaire torche d'éclairage ou bien ces scènes d'exploitations de créatures démoniaques pour produire une magie qu'ils nommaient électricité et qui venaient de leur temps. Des démons, ils se comportaient comme de vulgaires démons en torturant pour le plaisir des êtres vivants passant outre tous protocoles de la Nation ! Torturer oui mais pour la guerre, pas pour le plaisir. Comme a leur habitude, les anges de la Section XII ne paraissaient pas affectés par ce qu'ils revivaient, certains affichaient même un début de sourire carnassier, chose que ne pu accepter Aniol qui fit ce dont il rêvait depuis longtemps... Une malédiction, chose que les archanges ne pratiquaient plus depuis la nuit des temps, par bonté peut être mais par l'oublie des rites sûrement.

- Ne soyez pas étonné mes frères, je n'étais pas en Et pour le plaisir, pas pour un plaisir comparable a celui d'anges tel que ceux ci du moins. Ces montagnes referment bien des secrets, bien des légendes... Suprême m'en est témoin. Cette terre a vécue, largement et durablement vécue, c'est a nous qu'il revient d'accepter ce passé qui me permet de punir cette bande d'anges intolérants et dangereux. Voyez cette montagne, blanche, escarpée, dangereuse et... froide et maintenant goûtez sa puissance et ma colère ! Je vous condamne a errer éternellement en ce lieu de froid extrême et de neige permanente jusqu'a ce que je juge bon de vous lever cette assignation, depuis pour chaque humain innocent que vous retirez vous perdrez une plume sans espoir de la voir repousser... faites attention Requiem, Ashura, Taetrius, Enuriel, Astro, Don Pedro et tous les autres. Faites attention Il vous regarde et votre déchéance n'en est que plus proche ! Maintenant... disparaissez !

L'endroit qui la seconde précédente servait de Conseil des Archange était redevenu une simple plaine neigeuse et déserte la seconde d'après... comme par magie.

_________________
Ex Archange Supreme,
Ex Archange de la Justice,
Ex Archange du Devoir.
Mais toujours la !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aniol l'Ancien
Chef de meute
avatar

Masculin Nombre de messages : 2273
Age : 34
Date d'inscription : 29/07/2004


XP:
2160/5000  (2160/5000)
Permis de bêtise:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Aniol, Tac et les fous   Jeu 17 Fév - 0:13

Tandis que la tempête faisait rage au dehors comme 300 jours par an, une étrange réunion avait lieu en Nilhum dans un des baraquements du Castra Pretoriae. Un baraquement comme les autres : Blanc de neige. Un baraquement comme les autres hormis les factionnaires qui étaient des loups.
A bien y regarder le camp entier fourmillaient d’animaux plus ou moins sauvage auquel les anges étaient bien forcés de s’accommoder. Allez expliquer à Aniol que les 25 loups, 47 écureuils et 3 ours polaires dérangeaient… C’était mission impossible, comme de vouloir faire avouer à Tac où était sa réserve de noisette.

Alors que la nuit tombait à peine sur la plaine, une ombre se profilait sur le chemin menant au camp. Plus qu’une ombre, un aura. Celle d’un archange, puissante, fier et implacable avec une petite touche d’extrémisme qui ne pouvait que signaler l’arrivé tant attendue de Requiem au Castra Pretoriae. A son approche bon nombre d’animaux avaient commencés à gémir, grogner ou devenir agressif. L’anarchie commençait à gagner le camp mais le vieux loup était là, il veillait sur ses protégés qu’ils soient anges ou animaux. Dés qu’Aniol était sortit du baraquement central la meute de loup se rapprocha de lui tandis que Trias réconfortait les ours que taquinaient les écureuils.

C’est dans cette ambiance sauvage, comme si le paysage ne suffisait pas en lui-même, que Requiem fut accueillit plus que froidement au camp. Les gardes hésitaient encore à lui ouvrir les portes moins par méfiance que par fatigue de devoir bouger ses lourdes portes de pierre, après tout que pouvait faire Requiem tout archange qu’il était en présence d’Aniol.
Toujours en silence les loups virent entourer l’arrivant de toute part pour lui indiquer le chemin que prenait déjà Aniol. Les choix étaient on ne peut plus simple, suivre ou rester prostré dans la neige. Ainsi Requiem faisait-il connaissance avec la meute et la Garde Prétorienne qui contrôlait le camp, quand les ours n’en faisaient pas qu’a leur tête.

Une fois bien installé au chaud dans ce qui semblait être le baraquement de commandement, Requiem alla pour prendre la parole avant que Tac ne le rappelle a l’ordre en lui intimant de se taire doigt sur sa fine bouche d’écureuil mimant ainsi ce que tous les anges présent allaient faire connaissant bien Aniol qui n’appréciait peu qu’on rompe le silence. Celui-ci apporta tranquillement un bol de soupe chaude à son nouveau confrère.


- Je suis désolé Requiem mais c’est tout ce que nous avons, la vie simple me convint et il me semble qu’a toi également si j’en crois les rumeurs affirmant l’installation de ta section dans ce qui s’apparente a un squat.

Tu sais très bien pourquoi je t’ai fais venir ici, nous avons besoin de toi et de tes méthodes. Nous faisons face à une partie des hordes blockienne… un SD et 3 cerbères sans compter les quelques trouffions infernaux ne faisant que compter les points dans les joutes que j’effectue avec ces abrutis de créatures. Ta venue va changer les choses.

Je voulais également te parler d’un vieux sujet… te souviens tu de la malédiction que j’ai posé sur la Section XII ? Oh rassures toi, vous vous en acquittez très bien, avec vous Nilhum peut compter sur ces anges valeureux… mais extrêmement brutaux a l’image du climat. T’avais dis qu’entre temps j’ai bien réfléchis ? Finis ta soupe avant, je reviens.



Pendant que l’archange disparaissait dans une pièce adjacente, Requiem pu se payer le luxe de détailler chaque être présent. Ainsi était donc réunit la garde rapprochée et l’Etat Major d’Aniol…Trias le fidèle général de la Garde Prétorienne, Bogardan le prétorien d’Aniol et Tac l’écureuil omniprésent.
Un bruit de porte s’ouvrant sur les rafales de vent parvint de l’autre coté du baraquement. Moment d’incertitude dans la pièce où chacun se demandait ce que cela pouvait être. Moment dont profita le petit rongeur pour se rapprocher du bol de soupe et rapiner quelques lichettes du précieux liquide, le tout sous le regard incompréhensif et ébahit de l’Archange Requiem.


- Parfait je vois que tu viens de faire la connaissance de Tac cher collègue et je peux te dire que tu viens de te faire bizuter.

Aniol venait de faire son retour en compagnie d’anges de la Section XII qui vivaient également dans le camp. Ashura et Chasseur Angélique.

- Mes chers anges c’est bien simple, en vérité et après mûres réflexions j’ai décidé que vous punir comme je l’avais pensé est inadéquat et injuste. C’est pour cela que je compte sur la Frater Angélis pour vous venir en aide. Il parait qu’ils sont venus passés Noel chez vous non ? Soyez rassurés cela va continuer… Votre malédiction est de devoir vivre et supporter quotidiennement la présence de ceux que vous nommez bisounours. Ne me remerciez pas d’avoir révisé mon jugement, ce ne serait pas Justice autrement et cela me fait plaisir de pouvoir nous arranger, sincèrement.


C’est ainsi que débuta une longue entraide entre anges présents en Nilhum et ceux de la Sextion XII, entre Requiem et Aniol et après qui c’est... Nilhum réserve bien des surprises.


(La preuve on a eu droit a sa destitution Very Happy)

_________________
Ex Archange Supreme,
Ex Archange de la Justice,
Ex Archange du Devoir.
Mais toujours la !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aniol, Tac et les fous   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aniol, Tac et les fous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh
» Soyons fous ;D
» Ils sont fous ces Suisses !!!!
» Les records du monde les plus fous...
» les chat fous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Légion :: Grottes de la Meute :: Bibliotheque-
Sauter vers: