AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le rideau tombe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aniol l'Ancien
Chef de meute
avatar

Masculin Nombre de messages : 2273
Age : 34
Date d'inscription : 29/07/2004


XP:
2160/5000  (2160/5000)
Permis de bêtise:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Le rideau tombe   Sam 4 Mar - 4:56

By Goltar le Magnifique.
-----


Depuis que l'Archange Goltar était dans l'arène, il n'avait cessé de sourire des attaques du Fléau des Profondeurs. Ainsi, tournant autour de lui avec une grande rapidité, il s'amusait avec sa victime qui ne sortirait pas vivante de ces lieux.

En plein combat, il avait apperçut une tâche de sang se former sur le sol... Sa signification était claire et il avait su en tirer l'information qui en émanait.

Ainsi, il avait reprit son amusement. Courant autour de Sorg, parfois le tilliant de sa lame, parfois le narguant.

Toutefois, entre deux échanges d'armes, il fût pris de convulsions profondes. Le corps chargé de spasmes, du front s'échappant des gouttes de sueur. En une fraction de seconde, son visage devint blême, encore plus qu'a son habitude.

Fermant les yeux, baissant sa garde, il prett attention a tout son ressentit interne.

Soudain, il réouvrit les yeux, injectés de sang, un large sourire se dessinant sur son visage.


- Ainsi, ce qui a été prévu se construit. Une puissance des Trois Mondes vient de nouveau de perrir pour ne jamais se relever. Ce qui fût jadis l'esprit de mon Maître vient de perrir par les coups de La Bête... Une page se tourne... il ne se relevera pas...
============================
Goltar - 2953
Archange de l'Apocalypse


"En ces jours-là, les Créatures rechercheront la mort sans la trouver, ils souhaiteront mourir et la mort les fuira !."

============================

_________________
Ex Archange Supreme,
Ex Archange de la Justice,
Ex Archange du Devoir.
Mais toujours la !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aniol l'Ancien
Chef de meute
avatar

Masculin Nombre de messages : 2273
Age : 34
Date d'inscription : 29/07/2004


XP:
2160/5000  (2160/5000)
Permis de bêtise:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Le rideau tombe   Sam 4 Mar - 4:57

La ville était depuis longtemps sans son loup en chef, Aniol n’y était pas retourné depuis la fuite des derniers démons, et dés lors il avait couru à travers la plaine en direction de l’océan, ce proche voisin dont on sentait la présence jusqu'à Kimora parfois. Voir l’océan était devenu un rêve du Vieux Loup qu’il avait pu réaliser après tant de combat.
Un vieux proverbe kimorien disait « Voir la mer et mourir » et cela se comprenait lorsque l’on voyait cette étendue de calme infinie tout juste troublée par quelques iceberg ou animaux sauvage. Tout était bien différent ici que dans le reste du monde, un monde en proie a toujours plus de violence, les mers étaient bien les seuls endroits non encore ravagés par la Guerre Eternelle mais pour combien de temps ?

C’est au moment où Aniol allait rentrer vers Kimora, et qu’il restait allonger quelques minutes de plus dans la neige pour se perdre une dernière fois dans l’observation du puissant voisin de sa chère ville, qu’il sentit quelque chose d’étrange et de nouveau à la fois. Cette chose bien que récente était déjà extrêmement puissante et elle était proche, très proche. Peut-être pouvait-il allé voir de quoi il en retournait, cela lui occuperait son voyage de retour se disait-il.

A croire que cette chose le cherchait également mais rapidement il se sentit oppressé et surveillé lui le loup en plein cœur de son territoire. Qui pouvait bien le mettre aussi mal à l’aise après toute les épreuves supportée à Kimora ?
La chose, une étrange créature qui ne semblait pas se soucier des éléments, marchait dans la neige dans sa direction et lui faisait de même, les deux créatures se jaugeaient de loin, sachant fort bien que l’une comme l’autre allait bien finir par se faire face et que la tout était possible.
Arrivé au même niveau, Aniol comprit que cette rencontre se terminerait mal. Son vis-à-vis faisait bien le double de sa taille, il était large comme une porte de la Cité et il ne sentait la destruction à pleine truffe. Maintenant distant de quelques mètres seulement, ils ne se lâchaient plus des yeux, un combat avait déjà commencé entre eux et le 1ere qui cesserait de surveiller l’autre serait à terre en peu de temps.

Emplit de crainte pour sa Cité et d’appréhension pour son futur proche, Aniol entreprit de porter maintenant le combat sur le terrain des mots.


- Bienvenue à Kimora étranger, que puis-je pour toi sur mes terres ? Mon nom est Aniol, je suis un loup de la Dark Légion mais toi je ne te connais pas, qui es-tu ?

La montagne de muscle n’avait pas réagit et fixait toujours le loup de ses yeux plus vide d’expression que le néant. Elle ne bougeait même pas de l’endroit où elle semblait maintenant figée en attente de quelque chose. Le silence s’installa rapidement, un silence pesant que la créature n’avait pas l’air pressé de rompre toute obnubilé par la contemplation du Séraphin.
Un tel silence inquiétait Aniol qui n’aimait pas être le centre de tant d’intérêt de la part d’une créature dont il ne savait rien et ne saurait probablement rien… jusqu’au moment où elle bougea pour se rapprocher un peu plus montrant clairement quelles étaient ses intentions.


- Mais c'est qu'elle bouge la bestiole ! Tu me rassure je commençais à croire que tu n’étais qu’une statue.

Par jeu, il lui tendit une barre de chocolat pour l’appâter un peu plus et la faire se rapprocher.

- Viens ma belle, viens...

Pas besoin de perdre du temps à chercher à comprendre autre chose, la créature montrait ses premiers signes d’agressivité et se préparait à passer à l’action. Chose qu’Aniol ne lui laissa pas le temps de faire, passant de sa forme angélique à sa forme lupine il sauta à la gorge de son adversaire. Une idée un peu ambitieuse au vu de la taille de la créature et de ses griffes mais il fallait en finir au plus vite, un démon ne survit généralement pas à une mise en charpie de sa gorge et en tant que loup il ne disposait d’aucune autre arme qu’une puissante mâchoire luisante de dizaines de crocs.

Il avait tant resserré sa mâchoire sur sa proie qu’il y resta accroché quelques minutes pendant à plusieurs mètres du sol. Il tirait et tirait encore sur la peau pour en arracher une partie, la créature ne se débattait pas mais elle commençait à grogner à mesure que le loup lui broyait la gorge.
Satisfait de son œuvre le loup lâcha prise pour retomber au sol et s’éloigner un peu pour observer la créature qui ne devrait pas tarder à montrer des signes d’agonie. Comme escompté il était repartit avec un morceau de chair grand comme un bras humain, le goût de cette chair dans sa gueule donna des nausée à Aniol, cette viande puait la mort et il dû la recracher le plus loin possible rapidement.

Pour la première fois la créature lui adressa la parole, des mots brefs, une phrase saccadée, cette créature n’était à tout évidence pas des plus cultivée mais elle se montrait extrêmement tenace au grand damne du loup qui voyait cette créature lui foncer dessus à pleine foulée Le sol en tremblait tant cette être était imposante. Comment pouvait-elle se mouvoir aussi facilement ?


- Moi Bête ! Moi nourrir par vie de toi ! Alors?! Peur?! Toi fuir comme lâche!
- Je savais bien que tu ne semblais pas très futé mais si tu le dis toi-même que tu es bête…


Aniol ne garda pas longtemps le sourire qu’il avait affiché en entendant les premiers moi de celle qui se nommait la Bête. Très vite son sourire se mua en un rictus de souffrance. Dieu que cette créature frappait fort. Elle venait de lui assener deux puissants coups dans les côtes, l’envoyant à plusieurs mètres de la. Totalement sonné, le loup gisant au sol durant quelques secondes n’eut pas le temps de voir revenir la Bête à la charge. Il lui était impossible de reprendre ses esprits aussi vite, cette créature n’avait rien en commun avec toute celle qu’il avait pu rencontrer jusqu'à présent. Elle était bien trop rapide et puissante pour lui.

Malgré ses pensées de plus en plus pessimiste, il tenta de se relever pour mieux encaisser les coups qui n’allaient pas manquer de lui être porté. Il essaya de se mettre sur ses quatre pattes mais sans succès, il n’y arrivait pas. Les coups et la chute avaient brisé quelques côtes ainsi qu’une patte avant du loup lorsqu’il s’écrasa contre la neige. Aniol se tenait maintenant sur trois pattes et tentait de faire face à son adversaire en reculant de quelques mètres pour mieux juger la situation. Mais reculer avec une patte en moins est un exercice difficile auquel il ne s’était jamais entraîné. Il chuta donc immanquablement lorsque la Bête s’était à nouveau rapprocher.


- Toi fuir comme lâche!
- Moi fuir ? Non moi te faire courir ma grosse. Toi en avoir bien besoin. Moi vouloir présenter toi à copains à moi. Toi contente j’espère.


Ses quelques mots arrachèrent un hurlement au loup lorsqu’une de ses côtes brisées vint lui percer un poumon. Très rapidement il commença à manquer d’air, la fin était proche et il le savait. La Bête aussi le sentait lorsqu’elle lui assena trois nouveaux coups lentement, prenant bien son temps après chaque coup avant de donner le suivant. Aniol était maintenant au sol et ne bougeait pratiquement plus. Plus la force de le faire. L’état lamentable du loup donnait trop confiance à la Bête en elle même, tout deux connaissaient déjà l’issue du combat mais la Bête ne devait pas s’attendre à ce que le loup puisse encore une fois relever la tête pour venir ficher ses crocs profondément dans le bras avec lequel elle comptait en finir de ce combat en lui broyant le crâne.

Avec l’énergie du désespoir il parvint à attraper au vol ce bras si épais qui devait lui fracasser le crâne. Surprise la Bête esquisse quelques pas en arrière laissant ainsi Aniol se remettre debout tant bien que mal et relancer le combat. Même en se sachant perdu, le loup refusait de se laisser achever sans résistance et peut être trouverait-il malgré tout un moyen de s’en sortir, il sentait que ses loups approchaient et arrivaient à la rescousse. Pourquoi ils étaient la et comment ils avaient su il n’en savait rien.

Tout ce qu’il arrivait encore à distinguer à travers le sang qui lui coulait dans les yeux c’était une partie de sa meute fouettant le sol de leur folle course vers la mort. Un véritable nuage de neige s’élevait après leur passage, empêchant de voir correctement qui était la et s’ils étaient seuls. Le cœur d’Aniol se mit à faire des bonds dans sa poitrine, elle était venue à son secours sa chère meute, comme toujours ils se montraient courageux et ne reculaient pas devant le danger. De quelques loups visibles, la troupe courrant à en perdre haleine vers la monstrueuse créature passa à une véritable petite armée, une dizaine d’anges et de loups étaient maintenant présent émergeant petit à petit du nuage. Peut être était-ils encore nombreux ainsi à venir affronter la Bête ? Peut être allaient-ils avoir besoin de lui. Il ne devait pas flancher et faciliter la tâche de l’hideuse créature.

Aniol n’avait déjà plus le temps d’analyser la situation tant tout se passait vite, que déjà des loups se jetaient sur la Bête de tout leurs crocs et restaient littéralement accrochés au corps de leur proie. Le combat n’allait plus tarder à virer au massacre lorsque la Bête aurait reprit ses esprit et la… personne ne pourra sauver sauf qui venaient de sauver Aniol.
Qu’ils étaient courageux ces loups et ses anges faisant abstraction de leurs peurs pour protéger un des leurs et Kimora. Sans peurs et sans reproches ils étaient maintenant tous agglutinés autours de leur adversaire, le combattant du mieux que leur permettait le rapport de force malgré tout à leur désavantage. Bien sur la créature était blessée par ces attaques mais elle ne prenait même pas la peine de répliquer, se contentant d’expulser de son chemin vers Aniol ces frêles créatures sauf une : Waurd1 sur lequel la Bête semblait vouloir essayer une ou deux choses. Durant quelques instants il toisa dédaigneusement cet ange, quelques instants valant une éternité dans l’esprit de cet ange.


- Pleutre! Creve!

Puis sans raison, il changea d’avis et de cible. Les anges gisaient tous au sol, complètement sonnés par la baffe qu’ils venaient de se prendre et tous purent voir la Bête se diriger à grand pas vers le Vieux Loup debout sur 3 pattes hurlant tout ce que son souffle de plus en plus court lui permettait. Ses grognements n’étaient plus que de sombres râles de douleurs. Son regard n’était pas pour cette Bête venant le tuer mais pour ses anges qui se relevaient petit à petit, s’ils restaient ils allaient mourir inutilement.

- Salomée, Seniewel, Arkelios, Waurd1 et tous les autres que je ne vois plus… partez tant qu’elle s’occupe de moi. Je peux encore la retenir quelques minutes, ainsi vous pourrez rejoindre la ville et espérer venir à bout de cette créature avec tout ce que vous permettra Kimora.

Pour ne pas laisser le temps à ses loups de répondre, ce qui ne leur coûterait que la vie, Aniol se jeta sur la Bête en dépit des ses difficultés à courir. Le choc de ses deux mastodontes lancés l’un contre l’autre pour se donner la mort ne donna pas le résultat escompté par l’un comme par l’autre. Ils ne furent que projetés à plusieurs dizaines de mètres, soufflant et grognant. Le coup de grâce était imminent. Le loup avait décidé de mourir mais de prendre son temps pour cela, il pouvait encore gêner la Bête, la gêner assez pour gagner du temps et reprendre son souffle pour planter ses crocs une dernière fois.

Il trouva la force pour montrer à la Bête qu’il n’avait pas peur de mourir de ses mains, par moquerie le Vieux Loup se jeta au sol et se rouler dans la neige sous le regard consterné de la Créature d’Apocalypse qui ne devait pas voir souvent des adversaires se moquer d’elle. Toujours dans sa position couchée, les quatre pattes en l’air, Aniol agita sa patte avant valide en un geste de salut.


- Ouhou je suis la souillure, tu viens qu'on joue au Beau et la Bête ? Laisse donc ces anges, ils ne sont pas dignes de ta puissance…Je t’attend !

Il pensait arriver à mordre encore quelque fois la Bête mais Aniol se manqua totalement lorsque celle-ci prit son élan et lui sauta dessus de tout son poids sans que le loup ne puisse réagir et se défaire de la. Il était coincé sous la masse de cette créature dont il venait à l’instant de se moquer et il n’avait aucune possibilité de la mordre ou que ce soit.
Ses blessures et son poumon percé ne l’aidaient pas dans sa tâche, il ne trouvait plus que son souffle très difficilement et la Bête le sentant aux intervalles toujours plus importants entre deux soulèvements de poitrine du loup qu’elle écrasait.
Finalement elle n’aurait pas d’effort à faire pour le tuer si ce n’est simplement resté allongé dessus en attendant que le loup agonise.

Lentement… très lentement l’étincelle de vie d’Aniol s’éteint.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aniol l'Ancien
Chef de meute
avatar

Masculin Nombre de messages : 2273
Age : 34
Date d'inscription : 29/07/2004


XP:
2160/5000  (2160/5000)
Permis de bêtise:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Le rideau tombe   Sam 4 Mar - 4:59

Très loin de Kimora en plein cœur de l’Eden, une créature s’éveilla et reprit conscience. Très vite cette créature se mit à avoir besoin de parler. Elle arrêta le premier ange qui passait par là, il lui fallait parler pour comprendre, très vite à force d’arrêter, même de force, les anges passant par là un attroupement se forma autours de celui que les anges avaient reconnu comme étant des Loups bien que quelque chose de nouveau ressorte de sa personne.

Où suis-je Anges ? Qui suis-je ? Je ne le sais plus… mais vous le savez peut être ?

Un à un il attrapa les anges par les épaules comme pour lire en eux, les forcer à réagir, à parler Il avait besoin d’eux, il sentait qu’ils lui devait bien ça mais pourquoi cette sensation ? C’est comme si les souvenirs essayait de remonter à la surface.

Je ne sais même pas qui vous êtes vous tous ici présent…Tout ce dont je me souviens… les seules choses dont je me souviens encore sont que je fus élevé et emporté vers le ciel, et que j'arrivai bientôt à un mur bâti avec des grêlons et entouré de langues de feu, que je ne connaissais pas. Pas encore…

Je me suis enfoncé au milieu de ces flammes, et j’ai approché un palais grandiose. Les murs ressemblaient à des dalles, toutes faites de neiges. Ses toits étaient formés d'étoiles filantes et d'éclairs de lumière, et l'on voyait, au milieu, des Séraphins de feu et un ciel d'eau. Des flammes vibraient autour de tous ses murs, et la porte était embrasée d’un feu bleu.

Quand je fus entré dans cette habitation, elle était à la fois brûlante comme le feu, et froide comme la neige. Je tressaillis d'impatience. Tout tremblant, je tombai la face contre terre, et j'eus une vision.

Il y avait un autre palais plus vaste que le premier, dont toutes les portes étaient ouvertes devant moi, et tout bâti en langues de feu. L'ensemble était si magnifique, si grandiose, si majestueux, que je ne puis vous en représenter, ni la splendeur qui l'environne, ni sa vaste étendue. La base en était de feu ; au-dessus, brillaient des éclairs et des étoiles filantes, et le toit était tout entier d'un feu étincelant.

Je vis qu'il y avait un trône élevé; Dont l'aspect ressemblait à du cristal, tandis que son contour était comme l'orbe éclatant du soleil ; et il en sortait des voix murmurantes. De ce trône puissant, s'échappaient des torrents de flammes. Et il avait quelqu'un assis sur ce trône de gloire, Dont le vêtement était plus brillant que le soleil et plus blanc que la neige. Et aucun ange n'était capable de regarder en face le Glorieux et le Magnifique, ni de s'approcher de lui ; aucun œil mortel ne pouvait le contempler. Un feu brillant brûlait autour de lui.

Il s'élevait aussi devant lui, un feu d'une grande étendue ; en sorte qu'aucun de ceux qui l'entouraient ne pouvaient en approcher, et des myriades de myriades étaient devant lui. Il ne semblait avoir besoin ni de conseil, ni d'assistance, et les saints qui formaient sa cour, ne le quittaient ni jour ni nuit.

Je m'approchai autant que je pus, voilant ma face. Et plein de frayeur. Alors, le Seigneur lui-même daigna de sa propre bouche, m'appeler par mon nom une nouvelle fois après de long mois d’espérance.

« Approche Aniol”, dit-il, “Approche de plus près, et viens entendre ma sainte parole fidèle Archange”.

Et moi, je tenais mes yeux baissés vers la terre sentant la puissance du flot de la vie rejaillir dans mon être, sentant ce cœur rebattre de nouveau et ces ailes à présent bien plus puissantes que jamais vrombir d’impatience je fus de nouveau son fidèle servant.


La créaturee garda le silence quelques secondes puis tout revint à sa mémoire. Il était Aniol et ses loups l’attendaient à Kimora pour repartir à la conquête du monde de l’injustice et de la persécution que vivait l’Humanité.

- Archange… je suis archange…------------------------------

_________________
Ex Archange Supreme,
Ex Archange de la Justice,
Ex Archange du Devoir.
Mais toujours la !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le rideau tombe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le rideau tombe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le rideau tombe [NOX]
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» tombe du commandant PARQUIN à Doullens (SOMME)
» Déterre la tombe d'Astrid pdt la nuit (pv Luca et Victoir)
» une plume qui tombe du ciel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Légion :: Grottes de la Meute :: Bibliotheque-
Sauter vers: